Une aventure nocturne en avant première… et une rencontre !

Photos Cyril et Didier LANTZ

DIVOSEA a été invité le vendredi 15 novembre pour visiter, en avant première, les Illuminations du Jardin des Plantes à Paris. Si les illuminations de la saison dernière étaient consacrées aux animaux avec quelques représentants du monde marin et des dinosaures, celles qui vont ouvrir leurs portes du lundi 18 novembre au 19 janvier sont ciblées sur les océans

Vous comprenez le pourquoi de notre présence puisque DIVOSEA, est un site dédié à la plongée sub-aquatique et à la défence des mers et des océans.

L’entrée se fait par la Place Valhubert et vous serez immédiatement “transportés” vers les tropiques en plongeant directement dans la féérie coralienne !

Vous évoluerez ensuite le long d’un littoral tropical plein de couleurs.

Si la pluie abondante ne simplifiait pas les prises de vues, elle apportait de jolis effets miroirs.

De nombreuses surprises vous attendent, nous ne vous dévoilerons pas tout. Mais évitez de marcher hors de la plage il y a un guetteur !

Si vous échappez à ses mâchoires mobiles, vous aurez le temps d’admirer une belle collection de coquillages.

Montage photographique avec plusieurs sculptures

Voici ¾ d’heure que nous avons commencé cette visite des nouvelles Illuminations du Jardin des Plantes dont le thème est consacré aux Océans. Et dans quelques minutes, comme l’ont annoncé les organisatrices de cette avant-première dans leur courriel de confirmation, nous allons pouvoir rencontrer un des commanditaires de ces Illuminations 2019. Alors direction le point de rendez-vous situé sous le rocher de l’aigle qui nous servira de parapluie, en évitant d’être submergé par les vagues que nous longeons.

C’est au tour de DIVOSEA alors j’y vais !

Bonjour, quel média êtes-vous ?

Bonjour, Didier LANTZ, je représente Divosea, site internet dédié à la plongée sous-marine… Vous êtes ?

Bruno DAVID

Je suis le Président du Muséum National d’Histoire Naturelle, Bruno DAVID.

(DL) Le Président ! (pensée personnelle… je commence fort !) Oui… en fin de visite de l’exposition dans la Grande Galerie : Océan, une plongée insolite, vous étiez en « conversation » virtuelle avec Nicolas HULOT et notre navigatrice…

(BD) Isabelle AUTISSIER, d’ailleurs je les connais bien tous les deux.

(DL) Anne-Camille BOUILLIE nous avait expliqué qu’au départ l’exposition était votre idée.

(BD) Oui, parce que je viens de la biologie marine.

(DL) Faites-vous de la plongée, quel niveau, combien de plongées ?

(BD) Oui, niveau 3, j’ai plongé au-delà des deux cercles polaires, je n’ai pas tant plongé, environ 150 à 200. Et mon record c’est 2500 mètres… avec le Nautile.

(DL) Oui, çà j’imagine ! (pensée personnelle, malgré tout le respect et l’admiration que j’ai, là j’avoue que je suis jaloux… plonger avec le Nautile !)

(BD) Mais des plongées dans des endroits très divers, j’ai plongé un peu partout, dans beaucoup de mers, des plongées magnifiques et des plongées épouvantables. L’objectif était de faire de la biologie marine, de récolter des spécimens précis. J’ai fait des plongées avec une lampe sur le bras et je ne voyais pas la lampe.

(DL) (pensée personnelle… ne pas voir la lampe… je suis moins jaloux du coup !) Alors quel est votre plus beau souvenir de plongée ?

(BD) C’est difficile, j’en ai plusieurs mais j’ai un souvenir, peut être insolite, je ne vais pas parler des récifs car il y a toujours des beaux souvenirs sur les plongées récifales mais en Ecosse. On descend avec un collègue sur une chose assez obscure. Très angoissant d’ailleurs comme plongée. Dans du noir, on ne voyait rien. Au bout d’un moment on se regarde et on dit on arrête, ce n’est pas la peine, ce n’est pas sérieux. On ne trouvait pas ce que l’on voulait trouver et on se retourne et là, on est face à un tombant rocheux. On ne s’en était pas rendu compte car on descendait en direction du trou. Et on est face à un tombant rocheux qui est couvert de comatules, ce sont des échinodermes qui ressemblent à des petites fleurs et c’était un immense rocher fleuri, couvert de comatules dans une eau très très froide. En Ecosse, il ne faisait pas très chaud, de l’eau entre 5 et 10°. Mais ce rocher couvert de comatules, j’ai encore les images en tête, cela a été un peu un choc, on ne s’attendait pas à ça. On est remonté tout doucement. 

(DL) Merci, revenons aux illuminations. Elles sont en lien avec l’exposition Océan, une plongée insolite que vous avez préparé.

(BD) C’est ça, il y a une saison « Océan » avec l’exposition et les illuminations en même temps.

(DL) C’est en quelque sorte, le final ? 

(BD) Oui, dans la grande galerie, l’exposition se termine le 05 janvier, et les Illuminations le 19. Les illuminations, l’objectif c’est un peu la magie de Noël aussi mais cela reste scientifiquement sérieux. On présente de « vrais » animaux. Quand on connait les espèces, on les reconnait. On a essayé d’avoir le moins de fantaisies possibles.

Montage photographique avec plusieurs sculptures

(BD) Et de proposer un parcours qui mène du littoral vers les tropiques, vers les récifs coralliens puis on descend vers les grands fonds pour remonter par les pôles. On a tout un itinéraire qui emmène le visiteur de la plage en quelque sorte et on le fait voyager sur les récifs coralliens puis dans les abysses avant de remonter vers les pôles.  

(DL) De mémoire, l’année dernière étant venu comme visiteur, il y avait des ours polaires et déjà quelques animaux marins comme des poissons clowns.

(BD) Oui, il y en a qui étaient présents mais 80% du parcours est reconfiguré, qui est nouveau par rapport à l’an dernier. On va retrouver le grand requin, les ours, les manchots macaroni, les tortues. Si on retrouve quelques éléments, il y a plus de sculptures que l’an dernier. Globalement elles sont plus grosses. Elles sont mieux décorées. Ce sont des tissus imprimés alors que l’an dernier c’étaient des tissus peints à l’aérographe. C’est plus joli, plus fin, il y a plus de choses que l’année dernière.

(DL) La conception des sculptures est faite par qui ?

(BD) C’est une compagnie Chinoise, China Light qui les fabrique mais tout le conseil scientifique, c’est à travers le Museum, les propositions que nous avons faites. Nous avons largement corrigé car à certains moments il y avait des erreurs scientifiques. On a fourni les images, corriger les erreurs scientifiques. On a été vigilant sur le contenu. Je ne dis pas qu’il reste zéro erreur car il est difficile de tout détecter mais on a veillé à ce que ce soit très correct. Le Museum n’a pas été fabricant mais conseil scientifique très important de China Light.

(DL) Est-ce une partie du Comité Scientifique de l’exposition Océan une plongée insolite ?

(BD) Non, ce sont d’autres personnes. Notamment un directeur de département, moi-même qui est revu en diaporama tout ce qui était prévu. Pour vous donner un exemple d’erreur, ils avaient mis des algues dans les abysses. Je ne suis pas allé voir mais j’espère qu’elles n’y sont pas !

(DL) Parmi les structures, laquelle appréciez-vous le plus ?

(BD) Il y en a plusieurs, mais le grand poulpe est magnifique, il est nouveau. Le crabe animé que l’on peut voir d’ici.

Et moi j’aime bien les bernards lhermites. Ce ne sont pas les plus spectaculaires mais ils sont assez géniaux, rouges dans leurs coquilles. Il y a des crevettes qui sont magnifiques dans les récifs coraliens aussi des squilles qui sont superbes juste avant le requin.

(DL) Bien, merci beaucoup, nous allons continuer notre exploration.

Probablement la plus belle sculpture animée
Les dents des abysses

Ces Illuminations feront le plaisir des yeux des petits et des grands. Il y a bien d’autres sculptures que celles que nous présentons. Prenez le temps de cheminer des tropiques aux pôles, du littoral aux abysses dans cette explosions de couleurs et de surprises qu’est cet Océan en voie d’illumination !

N’hésitez pas… entrez !


Pour en savoir plus : https://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/exposition-evenement/ocean-voie-illumination


Remerciements à : Bruno DAVID, Président du Museum National d’Histoire Naturelle et à Elissa BALTI de l’agence French Cancans