Moribond il y a quelques années et pas loin du dépôt de bilan, le centre les Heures Saines, perché sur le rocher de Malendure à Bouillante en Guadeloupe, s’est complètement remis à flot. Meilleure gestion, épuration des comptes, nouvelle direction et un sérieux lifting du centre avec modification des carbets, nouveau local matériel, gros coup de peinture pour rajeunir les murs, etc. Mais aussi un nouveau bateau, construit en France, et opérationnel sur place depuis le 7 novembre. Trois mois d’études pour les plans, quatre mois et demi de construction pour cette nouvelle unité qui a coûté 227000 €. Un investissement cependant nécessaire pour Loran, un des dirigeants  : «Nous allons pouvoir plonger à l’extérieur du Parc National, au Nord et au Sud, avec des sorties 2 tanks dives à chaque fois. Sur des spots où on n’allait pas souvent avant. Il nous permettra également d’aller une fois par semaine aux Saintes pour plonger sur le fameux Sec Pâté au milieu du canal.» Idéal aussi pour répondre aux demandes des groupes (29 plongeurs max)  : “Cette année, nous avons eu plus de groupes que d’habitude, sans doute  en raison de la crise égyptienne. Nous avons beaucoup traité avec des agences, les clubs se structurant pour leurs sorties autour de TO, pour compresser les coûts aériens.”
Clin d’œil, ce bateau s’appelle le Demelou, en hommage aux pères fondateurs des Heures Saines en 1987  : Daniel Mell, Dominique Déramé et Louis Galbiati. Le Yaïsa, quant à lui, assure les plongées dans la réserve Pigeon, endroit idéal pour les baptêmes qui représentent 1/3 de l’activité du club. “Nous avons mis en place un baptême premières bulles 20 mn/45 € et une évasion de 30 mn/55 €. Sur la plage, il n’est pas rare de voir des propositions moins onéreuses, mais à la chaîne, avec des immersions de 8 mn. Pour le temps passé à l’eau, nous sommes donc moins chers car nous misons sur la qualité de nos prestations.»

Texte et photo Martine Carret