À l’instar de toutes les activités, la plongée a développé son jargon qui peut laisser plus d’un débutant dérouté sur la berge, si le décodeur n’est pas fourni en annexe ! Voici un tour d’horizon des plus utilisés de ces termes barbares pour le terrien moyen.

  • Capeler/décapeler : action pour le plongeur de s’équiper et se déséquiper de son scaphandre.
  • Décompression : phénomène physique qui conduit l’azote, accumulé en excès pendant la plongée sous les effets de la pression (profondeur), à être évacué à la remontée.
  • Détendeur : appareil mécanique qui détend la haute pression du mélange contenu dans la bouteille à une pression tolérable par le plongeur et adaptée à sa profondeur d’évolution. Il est composé de “deux étages” de détente et se termine par un “embout” pris en bouche par le plongeur.
  • Direct-system : appareillage reliant le détendeur au gilet et permettant de gonfler ce dernier avec de l’air comprimé en actionnant manuellement un bouton.
  • Faire fuser : faire sortir de l’air en pression par l’embout du détendeur en appuyant sur un bouton dédié sur le capot du deuxième étage.
  • Gréer/dégréer : installer et fixer son stab et ses détendeurs sur sa bouteille.
  • Lestage : plombs fixés sur une ceinture ou placés dans des poches sur l’équipement du plongeur et qui servent à compenser l’excès de flottabilité de la combinaison.
  • Mano : de “manomètre”, appareil fixé sur le détendeur, qui mesure la pression du mélange dans la bouteille et l’indique au plongeur.
  • Narcose : sensation d’ivresse des profondeurs due aux effets conjugués de l’azote accumulé dans le corps et de la pression (profondeur).
  • Nitrox : mélange d’oxygène et d’azote avec un pourcentage d’oxygène supérieur à celui présent dans l’air ; sert à reculer les effets de l’azote et la narcose dans des profondeurs inférieures à 40 mètres ou à réaliser des paliers après une plongée plus profonde.
  • Octopus : détendeur de secours, le plus souvent de couleur jaune et fixé sur la poitrine du plongeur.
  • Palanquée : groupe de plongeurs qui effectuent ensemble une plongée avec le même trajet et les mêmes caractéristiques.
  • Palier : dans le respect des procédures de décompression, arrêt à une profondeur donnée, durant un certain temps, en respirant pour évacuer l’azote en excès.
  • PMT : littéralement, l’ensemble d’équipements composé des palmes, du masque et du tuba (tuyau coudé qui permet de respirer avec la tête dans l’eau) ; également utilisé pour désigner les activités en apnée.
  • Purge : petite soupape permettant de vider l’air contenu dans l’enveloppe du gilet en l’actionnant manuellement ou automatiquement.
  • Recycleur : appareil qui recycle le mélange expiré par le plongeur en fixant le gaz carbonique avec de la chaux sodée ; existe en version oxygène pur, Nitrox ou Trimix et en circuit fermé ou semi-fermé.
  • Scaphandre : ensemble composé d’une bouteille (ou “bloc”), d’un gilet stabilisateur (ou “stab”), d’un détendeur principal et d’un mano.
  • Sec : petite montagne sous-marine se détachant du fond et remontant à proximité de la surface.
  • Tek : ensemble des techniques, équipements et procédures qui regroupent les pratiques de plongée avec des mélanges autres que l’air (Nitrox, Trimix, recycleurs…) et certaines plongées particulières (profondes, spéléo…).
  • Tombant : paroi rocheuse sous-marine s’enfonçant dans les profondeurs.
  • Trimix : mélange d’oxygène, d’azote et d’hélium, utilisé pour évoluer en grande profondeur en reculant les effets de la narcose.
  • Valsalva : manœuvre portant le nom de son inventeur, qui permet d’équilibrer la pression dans les oreilles à la descente en se pinçant le nez, puis en insufflant de l’air par les trompes d’Eustache.

Texte Alain Delmas, crédit photo : D. Deflorin