Mi-septembre, c’est par un mail un brin désabusé que Marc-Antoine Baudart annonçait qu’il jetait l’éponge et que sa société “Tumoana” ne serait plus agent commercial France du groupe AUP (Oceanic, Hollis, Aeris, Lavacore). Sans s’épancher outre mesure, il laissait toutefois entendre un manque de soutien dans sa démarche commerciale.
“J’avais le sentiment qu’en tant qu’affaire familiale, AUP ne supportait pas assez le marché international. Pas assez de communication, arrêt brutal de certains produits, problèmes d’approvisionnement, etc. C’est pourquoi j’ai préféré mettre un terme à notre collaboration”, explique-t-il.
Le son de cloche est, on s’en doute, un peu différent du côté d’AUP. Pour Francis Dupont, patron Europe et Allemagne, “ce n’est pas un problème d’approvisionnement, toutes les marques connaissant des problèmes de livraison de temps à autre. Surtout concernant les nouveautés. Aujourd’hui, AUP est le 3e fabricant mondial et les ventes se développent partout, sauf en France. Marc-Antoine est quelqu’un de brillant, très compétent techniquement et excellent manager. Mais sans doute surdimensionné pour ce poste et plus apte à diriger des équipes que d’aller sur le terrain et sur la route”.
Bref, comme dans certains couples, le courant ne passait plus entre les deux hommes. Le divorce était dès lors inévitable. “C’est vraiment dommage, regrette Marc-Antoine Baudart. Ce sont de super produits, on avait réussi à implanter la marque et ce sont surtout 3 ans d’investissement, personnel et familial, qui tombent à l’eau.”
En attendant, le suivi, les livraisons et la facturations continueront d’être assurés depuis l’Allemagne par l’équipe en place. “Rien ne change, précise Francis Dupont, si ce n’est le conseil technique qu’assurait Marc-Antoine. Nous verrons par la suite si la représentation reprend avec un nouvel agent commercial ou plutôt un salarié du groupe.”

Texte et photo D. Deflorin