Mais qui donc a dit que plongée tek devait forcément rimer avec eau froide et sombre, spéléo ou carrière ? Fadaises, elle peut également se conjuguer avec eau claire chaude et combi légère en lieu et place de l’étanche. Pour preuve, certaines destinations, telle Malte, qui joue la carte du tek pour pallier l’absence de faune. Mais on peut aussi biberonner aux mélanges et au recycleur tout en admirant une faune colorée. Par exemple à Grenade, au centre ScubaTech-Grenada. Tout un programme, non ?

Il faut dire que ce centre a été repris depuis mars dernier par Evelyne Verdier, “papesse” du tek hexagonal avant son départ pour les Caraïbes avec ses acolytes Gilles Pairone et Frédérique Pinet. Au menu, plongées explo sur récifs, épaves entre 15 et 40 mètres ou sur les sculptures du Marine Park. Mais aussi du tek bien sûr !
Malgré leur exil, Eveline et son équipe restent fidèles à leur réputation en proposant des formations tek, plongée profonde, Trimix ou recycleur, niveaux plongeur ou formateur selon les standards TDI, TecRec ou PADI. Avec un atout de plus, l’épave du Bianca, parfois qualifiée de Titanic des Caraïbes, qui s’étale de 30 à 50 mètres. Bien desservi par plusieurs compagnies aériennes, avec une offre hôtelière allant du all-inclusive à l’hôtel de luxe avec spa en passant par les appartements, le centre ScubaTech joue la différence.

Ce qu’il y a de chouette en 2014, c’est qu’on a l’embarras du choix. Formations pour tekkies velus et musclés à fond de trou dans le Lot, sur les tôles de Méditerranée, dans les lacs et carrières à côté de chez soi ou sous le soleil des Caraïbes. À vous de choisir.

Texte et photo D. Deflorin