Coulée il y a plus de 2000 ans, c’est l’une des épaves les plus mythiques. Découverte au début du XXe siècle par des pêcheurs au large de l’île grecque d’Anticythère, elle fut à l’origine de l’une des plus importantes découvertes archéologiques : la machine d’Anticythère. Un mécanisme considéré comme le premier ordinateur de l’Histoire.

Depuis le 15 septembre, l’épave fait à nouveau l’objet de fouilles, dirigées par Brendan Foley et Theotokis Theodoulou du ministère grec de la Culture. Déjà, les premières observations de cette opération “Retour à Anticythère” font état d’une zone de prospection bien plus étendue que prévue, les restes du bateau étant dispersés sur près de 300 mètres. Reposant à 55 mètres de fond, l’épave serait donc plus grande que ce que l’on pensait. Sans compter que deux énormes ancres ont été remontées, laissant imaginer que le navire antique devait être imposant. D’autres objets ont été mis au jour, dont un javelot en bronze de plus de 2 mètres de long. Encouragés par de tels trésors, les archéologues envisagent de reprendre l’exploration de l’épave dès l’année prochaine.

Texte C. Cioni

 

Anticythère : la plus grande épave antique jamais trouvée dévoile de nouveaux secrets par Gentside Découverte