Comment reconnaître l’orque ?

L’orque est le plus grand membre de la famille des dauphins et se reconnaît grâce à ses colorations noires, grises et blanches distinctes, et à la tache blanche située juste derrière son œil. L’orque présente aussi une tache grise derrière la nageoire dorsale. Le ventre, la mâchoire inférieure et la partie inférieure de la nageoire caudale sont blancs, le reste du corps est noir. La tête est ronde, avec un bec à peine démarqué. La nageoire dorsale des femelles est incurvée vers l’arrière, celle des mâles est grande et droite. Il existe trois écotypes distincts : résidentes, nomades et “offshore”, aux habitudes alimentaires, morphologies et comportements différents.

Mode de vie : des tropiques à la banquise

Les orques chassent et vivent dans les eaux continentales profondes (20 à 300 mètres) des tropiques à la banquise, mais sont occasionnellement présentes dans les estuaires et baies peu profonds. Les bancs ont une organisation sociale très complexe mais sont habituellement stables et peuvent compter jusqu’à 55 individus. Les orques occupent généralement le même habitat toute l’année, et ne se déplacent que par manque de nourriture. L’espérance de vie est d’en moyenne 50 ans pour les femelles, 30 ans pour les mâles.

Comportement alimentaire : au sommet de la chaîne alimentaire !

Les orques sont globalement des superprédateurs généralistes qui peuvent montrer localement des spécialisations remarquables. Les orques se nourriraient de presque tous les mammifères marins (sauf dauphins de rivière et lamantins), d’oiseaux marins, de tortues, de céphalopodes, de poissons, de raies et de requins. Les résidentes préfèrent les poissons côtiers (saumons, harengs, thons rouges), les nomades favorisent les mammifères marins (phoques communs, marsouins) et les populations “offshore” se nourrissent aussi bien des uns que des autres, et peuvent se spécialiser dans les requins. Les orques chassent habituellement en solitaire, mais elles coopèrent pour de grandes proies ou des bancs de poissons, et peuvent s’échouer volontairement pour chasser des pinnipèdes. Elles mangent en moyenne 45 kg de nourriture par jour !

Mode de reproduction : 1 seul jeune tous les 5 à 10 ans

La naissance a habituellement lieu durant les mois froids, alors que l’accouplement survient en été. La gestation dure de 15 à 18 mois et les femelles atteignent la maturité sexuelle entre 6 et 10 ans (10 à 13 ans pour les mâles) mais ne portent pour la première fois qu’à environ 12-14 ans. Le nouveau-né mesure environ 2,4 mètres pour 150 kg à la naissance, et allaite durant 1 an. Il est plutôt gris que noir et son ventre a une teinte jaunâtre. Femelles et mâles ont plusieurs partenaires d’accouplement par saison. La femelle arrête de se reproduire aux alentours de 40 ans, donnant naissance à une moyenne de 5 jeunes sur une période de 25 ans. Les femelles investissent beaucoup de temps dans leurs jeunes, et ceux-ci restent dans le banc maternel. Le taux de mortalité est extrêmement élevé chez les jeunes de moins de 6 mois.

Interaction avec l’homme et le plongeur : curiosité et parfois agressivité

L’orque serait le mammifère le plus répandu dans le monde après l’être humain ! Ce sont des animaux intelligents, curieux et joueurs qui peuvent résoudre des problèmes rapidement. Les orques attaquent parfois les humains par erreur, mais aucune attaque n’a été fatale dans la nature. Les orques sont menacées par la surpêche de leurs proies, la pollution sonore, la captivité, les marées noires et la pollution aux métaux lourds (PCB principalement). Les pêcheurs voient souvent les orques comme des compétitrices et les chassent occasionnellement, surtout en Alaska, où elles entrent en compétition avec les pêcheries à longue ligne. Il arrive que les orques suivent les bateaux de pêche pour se nourrir des poissons rejetés à la mer.

Fiche d’identité

  • Noms vernaculaires : Orque, épaulard
  • Nom scientifique : Orcinus orca
  • Classe : Mammalia
  • Ordre : Cetacea
  • Famille : Delphinidae
  • Localisation : Cétacé le plus cosmopolite, présent dans toutes les mers et océans du monde, de l’équateur aux zones polaires ; l’orque peut même remonter certaines rivières. Plus abondante dans les régions côtières et froides où la productivité marine est plus élevée. Observation : Vancouver, Nouvelle-Zélande, Maroc, Argentine, Îles Crozet.
  • Taille moyenne : 6-7 mètres (femelles), 7-8 mètres (mâles)
  • Poids moyen : 4 tonnes (femelles), 6 tonnes (mâles)
  • Population : Abondance minimale estimée à 50000 individus (total des régions surveillées), dont la moitié en Antarctique.
  • Statut de l’espèce : UICN : données insuffisantes. Les populations localisées pourraient être en danger d’extinction.

Texte : Laura Dinraths. Crédit photo : Tory Kallman/Shutterstock.