Pour beaucoup de vieux plongeurs, le nom d’Henri de Monfreid sonne comme une légende. Car l’homme, même s’il n’a jamais respiré sur un détendeur, reste à jamais associé à la mer Rouge. Écrivain et photographe, il a marqué toute une génération de palmipèdes voyageurs, rêvant de retrouver l’esprit d’aventure de ses récits.

Pour célébrer le 40e anniversaire de sa mort, l’ouvrage “En mer Rouge – Henry de Monfreid, aventurier et photographe” vient juste de sortir chez Gallimard, dans une nouvelle édition.

Né dans l’Aude en 1879, Henry de Monfreid quitte l’Europe en 1911 pour se rendre en Abyssinie. Dans ses bagages, un appareil photo, qui lui permettra d’envoyer régulièrement à sa famille des clichés de son épopée africaine. Sur place, il découvre un univers et un mode de vie qui le fascinent. À l’opposé de l’esprit colonialiste qui habite certains des Européens présents en Afrique, l’écrivain se plonge littéralement parmi les indigènes, en adoptant certains de leurs rituels et en apprenant leur langue.

De cette formidable expérience dans le Sud de la mer Rouge, Henry de Monfreid, écrivain et peintre, laissera de nombreuses traces, notamment à travers des lettres, des livres, mais aussi un grand nombre de photographies imprimées sur plaques de verre.

Le livre “En mer Rouge“, réédité à l’occasion des 40 ans du décès d’Henry de Monfreid, propose une véritable immersion dans ces années d’aventure et de découvertes. Accompagné de textes de Guillaume de Monfreid (petit-fils de l’écrivain), l’ouvrage présente une partie de la collection de photos de Monfreid prises en mer Rouge. Avec en prime, une paire de lunettes offertes, permettant de voir en relief l’effet stéréoscopique des plaques d’origine.

– Références de l’ouvrage : “En mer Rouge – Henry de Monfreid, aventurier et photographe”. Textes de Guillaume de Monfreid. Nouvelle édition (octobre 2014). Éd. Gallimard, 144 pages, 29,90 €.

 

Texte Eliane Rigollet