Destiné à découvrir de nouvelles espèces terrestres et marines, le programme “La Planète Revisitée” pose ses valises en Guyane à partir du 21 juillet. Il rassemble des scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle et des membres de l’ONG Pro-Natura International. C’est la première fois qu’une collectivité d’outre-mer accueillera “La Planète Revisitée” qui avait précédemment œuvré au Vanuatu, au Mozambique, à Madagascar et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

De juillet 2014 à mars 2015, les missions vont donc se succéder, avec une implication importante des Guyanais, pour mieux connaître la biodiversité de ce territoire. On estime qu’il reste dans le monde entre 5 et 10 millions d’espèces à découvrir, dont une bonne partie en Guyane.  L’expédition marine va démarrer le 21 juillet, avec un volet en haute mer pour l’échantillonnage des organismes vivant sur les fonds du plateau continental et ses contours, de 30 à 800 mètres de profondeur. Les recherches s’effectueront grâce au navire océanographique vénézuélien Hermano Gines et ce jusqu’au 21 août 2014. Se déroulera ensuite une campagne côtière, du 22 septembre au 7 octobre 2014, pour l’étude des écosystèmes de la frange littorale, de 0 à 20 mètres de profondeur. Le module terrestre, quant à lui, aura lieu en mars 2015, tandis que les premiers résultats marins seront présentés au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris.

Au total, ce sont plus de trente personnes qui vont s’investir dans la partie marine de l’aventure “La Planète Revisitée” en Guyane. Parmi ces dernières, une équipe de huit chercheurs embarquera sur le navire Hermano Gines, puis seize scientifiques demeureront sur l’île Royale, sur la côte guyanaise, où un laboratoire permettra d’analyser les échantillons ramenés. Différentes méthodes de récolte seront utilisées : engins traînants, récolte à vue, suceuse en plongée…

Texte C. Cioni. Crédit photo : Jean-François Barazer MNHN / PNI