Conservation International, organisme qui œuvre pour la défense de la planète, a lancé une série de vidéos intitulée “Nature is speaking“. Des acteurs célèbres y prennent la parole pour incarner les éléments de la nature et prendre leur défense.

Pour les océans, c’est Harrison Ford qui s’y colle en déclarant d’une voix grave, dès les premières secondes du film : “I am the ocean“. Tout le reste du texte est énoncé à la première personne – comme si les océans prenaient littéralement la parole – afin de faire prendre conscience à l’homme que face à ces étendues d’eau, il n’est rien, et que s’il a besoin des océans pour vivre, l’inverse n’est pas vrai pour autant. 

Toutes les autres vidéos “Nature is speaking” sont déclinées sur le même modèle : un format court (2 minutes environ), soutenu par des images de la nature. Les textes sont tous déclamés en voix off par des acteurs de renom dont le visage n’apparaît à aucun moment, comme pour mieux rendre hommage à la nature, qui n’a que faire de la célébrité. À la fin de chacun de ces films, le même slogan revient toujours : “Nature doesn’t need people. People need nature” (“La nature n’a pas besoin des hommes. Les hommes ont besoin de la nature”). Si les océans ont de beaux porte-parole, avec Ian Somerhalder en représentant des récifs coralliens et Penélope Cruz en ambassadrice de l’eau, la terre n’est bien sûr pas en reste : Mère Nature y est incarnée par Julia Roberts, la forêt tropicale par Kevin Spacey et la terre par Edward Norton.

Le but de cette opération est de faire prendre conscience de tous les dégâts que l’on inflige à la planète et d’essayer d’évoluer main dans la main avec la nature, en agissant dès aujourd’hui.

 

 

Texte Eliane Rigollet