Canon poursuit sa série G à succès avec l’appareil photo compact G16 lancé en septembre dernier. Reprenant les qualités de ses prédécesseurs, il les améliore, par petites touches. Toujours placé sur le segment “expert”, il associe facilité de prises de vues avec des modes plus évolués, pour reprendre la main en toutes circonstances. 

Texte et photos Daniel Deflorin

 

Sérieusement construit avec des plastiques de qualité, il inspire confiance et demeure suffisamment compact grâce à son objectif rentrant. Cet objectif stabilisé est l’un de ses points forts grâce à sa grande ouverture, f/1,8-2,8, appréciable en plongée où la lumière est toujours chiche. On aurait apprécié un angle un peu plus large, tel un 24 mm, mais son rendement demeure qualitatif avec une distorsion bien maîtrisée et une bonne couverture.

Bon point également pour sa visée. L’écran 7,5 cm est très bien défini, à défaut d’être parfaitement fidèle, et paramétrable pour y afficher les informations souhaitées. S’il n’est plus orientable, il y gagne, un peu, en compacité. Quant au viseur optique tant décrié pour son approximation (environ 80 % du champ couvert), il a le mérite d’exister pour prendre le relais lorsque la luminosité gêne la visée sur écran, tout en étant centré.

Le G16 n’a pas succombé aux sirènes du tout tactile. Il est généreusement doté en molettes de sélection, corrections et boutons avec accès direct aux principales fonctions, souvent paramétrables qui plus est. Ces réglages sont bien hiérarchisés avec des menus très clairs pour une navigation et des réglages faciles. Et c’est tant mieux car le G16 est plutôt fourni : modes tout auto, PSAM, système AF étendu, réglages du flash, modes scènes programmées en fonction de situations types, HDR ou plage dynamique élevée, raw + jpg de différents formats, effets “créatifs”, etc. Un appareil qui en offre beaucoup. La lecture attentive du mode d’emploi ne sera pas superflue pour en tirer le meilleur profit.

La principale nouveauté, outre un capteur CMOS rétro-éclairé et un module Wi-Fi, est son processeur Digic 6 censé améliorer sa réactivité. Et de ce point de vue Canon a bien bossé. Allumage presque instantané, AF rapide et précis, enregistrement des fichiers, mode rafale… Le G16 réagit avec célérité. Aux oubliettes les compacts lymphatiques ! Le processeur fait également du bon travail, tant en ce qui concerne l’exposition générale que pour le traitement des images en modes étendus (HDR) ou de la sensibilité. Jusqu’à 3200 ISO, la dégradation est minime. Un exploit pour un si petit capteur.

 

LA BÊTE DANS L’EAU

Le prix du caisson Canon permet d’envisager l’achat d’un flash externe pour un ensemble compact et qualitatif.

Le caisson dédié, WP-DCS52, est classique : en polycarbonate transparent et étanche à 40 mètres. La plupart des commandes sont transmises à l’extérieur, généralement par boutons-poussoirs, mais sans accès aux roues codeuses de sélection avant et arrière. Interdisant de facto le réglage du diaphragme et de la vitesse en mode M. Gênant. Heureusement, les automatismes sont efficaces et les corrections d’exposition accessibles. Autres défauts : des poussoirs petits et resserrés (avec des gants : il faut des doigts de fée) et son hublot rectangulaire. Pourquoi persister avec cette forme, nécessitant un adaptateur pour y monter des compléments optiques, au lieu d’un hublot rond avec pas de vis M67 ?

En plongée, la tenue est très bonne, le poids est équilibré et tous les automatismes fonctionnent bien. En bonne condition de visi, l’AF demeure nerveux, l’exposition précise y compris au flash. Le large diffuseur assume parfaitement son rôle et le G16 excelle en macro. À noter que le caisson est également livré en standard d’un cache avec une prise fibre pour flash externe.

Ne pas oublier que le G16 se révèle également un excellent petit caméscope avec  vidéo full HD 60 i/s pour des séquences plus fluides et une touche dédiée en rouge.

 

EN CONCLUSION

Si le G16 est assurément un bon cru, sans défaut rédhibitoire et d’une réactivité exemplaire, il n’en va pas de même pour le WP-DS52. On se consolera en lorgnant du côté des indépendants (Ikelite, Recsea…). Pour autant, ce kit est-il à oublier ? Pas sûr. À raison de 579 + 249 € (prix officiels Canon), ce tarif demeure compétitif eu égard à ses possibilités. Pour le prix d’un caisson tiers, on pourra s’équiper d’un flash externe et/ou d’accessoires optiques. Vu sous cet angle, c’est une bonne affaire, d’autant que des packs seront assurément proposés.

Pour un débutant qui peut y mettre le prix, il n’y a pas à hésiter. Malgré ses possibilités, il demeure très simple d’emploi en mode “basique”. Pour celui qui dispose déjà d’une culture photographique ou qui veut passer à la vitesse supérieure, cet ensemble se révèle diablement polyvalent et efficace malgré le “bridage” du caisson. Tout en sachant qu’il sera possible de lui adjoindre ultérieurement un caisson à la hauteur de ses possibilités. Car même lorsque le G17 sortira, le G16 restera une sacrée machine à images.

 

Le G16 est doté d’un écran large et bien défini qui facilite la visée. Les réglages physiques sont nombreux et il est capable de prendre des sujets en mouvement.

 

FICHE TECHNIQUE

– Capteur 1/1,7″ CMOS 12 Mpx

– Processeur Digic 6

– Objectif 5x, f/1,8-2,8, équivalent 28 à 140 mm

– Écran 7,5 cm, 9222 pts et viseur optique

– Sensibilité de 80 à 12800 ISO

– Flash intégré

– MAP minimale 1 cm en GA, à partir de l’extrémité de l’objectif en mode macro

– Stabilisateur optique et intelligent sur 5 axes en vidéo

– Modes PSAM + scènes, raw + jpg

– Exposition évaluative, pondérée, spot

– Mode rafale 9,3 i/s

– Wi-Fi

– Vidéo full HD 60 i/s

– Dimensions : 76 x 109 x 40 mm ; poids : 356 g

– Prix : 549 €

– Caisson WP-DC52, en polycarbonate transparent et étanche à 40 mètres. Principales commandes transmises. Livré avec diffuseur flash, prise pour fibre optique, graisse silicone et dragonnes. Dimensions : 15 x 11 x 10,5 cm. Poids : 750 g. Prix : 279 €

 

 

LES +

– Possibilités étendues et modes Expert

– Optique lumineuse

– Qualité des images

– Réactivité générale

– Vidéo full HD 60 i/s avec niveau du son réglable manuellement

– Qualité de construction et compacité

– Prix de l’ensemble compétitif

 

LES –

– Pas d’équivalent 24 mm

– Viseur optique imprécis

– Pas de report des roues codeuses sur le caisson

– Plus d’écran orientable

– Sélection des modes AF un brin laborieux