Marché morose, CA qui stagne… Dans un secteur de la plongée qui a du mal à repartir, Aqua Lung se recentre sur les fondamentaux, mettant l’innovation au cœur de ses objectifs. Pas de nouveautés révolutionnaires pour 2014, mais le fabricant semble décidé à reprendre la voie de la R&D pour dynamiser l’activité.

En décembre 2013, Aqua Lung a réuni la presse plongée au cœur des Alpes, dans la station de Tignes. Un cadre enneigé doté d’un lac gelé, en adéquation avec l’un des produits phares du fabricant pour 2014 : le détendeur Legend Glacia (ndlr, à découvrir dans notre dossier nouveautés de Plongée Magazine n°61, en kiosque fin février).

Cette année, plutôt que de miser sur pléthore d’évolutions de modèles, Aqua Lung a préféré se concentrer sur une sélection réduite de nouveaux produits. “Nous avons remarqué que nous avions perdu le sens de l’innovation ces dernières années, a souligné à cette occasion Jean-Luc Diainville, directeur général de la marque pour la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique. Nous avons proposé des produits avec des améliorations techniques, mais ça ressemblait surtout à du ‘refresh’. Sortir des nouveautés, juste pour occuper le terrain, ce n’est pas suffisant. Il faut réellement inventer pour renouer avec l’innovation de rupture.” Un constat partagé par Frédéric Jacomet, directeur commercial chez Aqua Lung, avec tout de même une nuance : “Ne pas lancer de nouveaux produits en période de crise aurait été néfaste.” Et ce ne sont pas les bons résultats de la gamme femme lancée en 2013 qui démentiront ce point de vue. Le CA d’Aqua Lung France (hors snorkeling et swim) s’est ainsi maintenu, avec une croissance de 1,5 % jusqu’à septembre (la ligne féminine représentant 50 % de cette hausse, selon Aqua Lung).

En octobre, une baisse a tout de même eu lieu, ramenant le CA 2013 à -0,5 %. “Le marché n’est pas d’un grand dynamisme, a déclaré Jean-Luc Diainville. Contexte économique morose, situation non stabilisée en Égypte, activité plongée très concurrencée, marges détaillants et distributeurs réduites, échelons de distributions supprimés… Les inquiétudes pour le secteur sont nombreuses. Mais il faut être patient et travailler sur les fondamentaux.”

Si la plongée loisir semble stagner, d’autres marchés se portent bien mieux. Ainsi, le CA snorkeling sur la France a enregistré un +67 %, tandis que le swim a augmenté de 7 %. Idem pour le secteur militaire et professionnel qui affiche un +19 % sur la France et un +158 % à l’export. Des chiffres qui devraient permettre d’investir et de suivre ainsi le cap tant prometteur de l’innovation. Sans compter les bons résultats à l’international, le CA d’Aqua Lung monde augmentant de 9,4 % au troisième trimestre 2013 pour la plongée loisir.

 

Texte et photo C. Cioni