Slider_PartirPlonger-Egypte

Croisière BDE, le trio gagnant de la mer Rouge complet

 

Aujourd’hui, quasiment tous les plongeurs ont entendu parler des beautés innombrables de la mer Rouge. Parmi tous ses attraits, il existe un parcours qui nous rapproche des zones de plongée les plus exigeantes, mais aussi, avec un peu de chance, les plus impressionnantes. Il s’agit de la croisière BDE pour Brother Islands, Daedalus Reef et Elphinstone, une route également connue sous le nom de “Triangle d’or”. 

Texte et photos Joel Ingalaturre (trad. E. Rigollet)

La croisière est la formule idéale pour profiter de la mer Rouge, car c’est en son cœur, là où les lignes de l’horizon offrent seulement un bleu infini et où la terre ferme est juste un souvenir lointain, que l’on trouve les sites de plongée les plus spectaculaires. Mais pas n’importe quelle croisière. Nous avons donc opté pour celle du Triangle d’or de la mer Rouge, célèbre pour ses extraordinaires parois verticales et pour la rencontre quasi assurée avec diverses espèces de requins (marteaux, gris, renards, soyeux, pointes blanches de récif, longimanus et, occasionnellement, requins baleines). Nous embarquons à bord du bateau de croisière le Ghani, de la flotte Dune, qui opère depuis 1997 dans pratiquement tout l’ensemble de la mer Rouge. Pour dénicher toutes les merveilles sous-marines, Hamada, notre guide de plongée expérimenté et charismatique, nous accompagne. Que nous réservent ces eaux imprévisibles ?

 

BROTHER ISLANDS, LES CERBÈRES DES MERS

Un poisson vache cherchant refuge parmi les coraux mous des îles Brothers.

Après les deux premières immersions “d’échauffement” aux alentours de Safaga, notamment à Gota Soraya et Middle Reef, notre bateau se dirige vers le cœur de la mer Rouge où languissent, comme d’imperturbables molosses, les Brother Islands. Ces deux petits îlots apparaissent quelque 6 heures de navigation après notre point de départ, sur une traversée qui se fait de nuit. La première journée se déroule à Small Brother. Le jour suivant, nous allons rendre visite à sa sœur aînée : Big Brother. Cette dernière est probablement plus attrayante, puisque outre le fait qu’elle partage avec sa voisine de stupéfiantes parois et la possibilité de voir des squales, elle abrite également en son fond deux épaves extraordinaires : l’Aida et le Numidia. La première coula en 1957 au Nord-est de l’îlot, durant le déchargement de l’approvisionnement destiné au personnel du phare. La seconde, un cargo impressionnant de 138 mètres de long, coulé en 1901 à l’extrême Nord de Big Brother, paraît défier les lois de la gravité en se posant pratiquement à la verticale contre la roche, offrant un tableau véritablement saisissant.

 

DAEDALUS REEF, LE ROYAUME DES GROS

Les tombants du Sud de la mer Rouge offrent de magnifiques contre-jours.

Daedalus Reef, également connu sous le nom de Abu Kizan, est un récif d’environ 450 mètres de long sur 100 mètres de large, situé à 95 kilomètres de Marsa Alam, pratiquement à mi-chemin de l’Arabie Saoudite. Comme à Big Brother, il y a un phare, construit en 1863, dont la fonction est d’éviter que (d’autres) bateaux s’échouent sur son récif traître, totalement immergé. Ce site de plongée est célèbre pour la présence fréquente de requins marteaux. À Deadalus, grâce à la bonne volonté des guides de Dune, nous avons eu l’opportunité de voir à deux reprises des marteaux sur la face Nord. Nous avons appris par la suite que les “croisiéristes” qui ont visité ce site la semaine suivante ont pu plonger avec – ou plutôt “parmi” – un banc de ces étonnantes créatures pendant vingt minutes.

Deadalus Reef est le site le moins bien pourvu en coraux de tout le Triangle d’or. De fait, une de ses faces est plutôt “pelée” à cause des dégâts causés par la collision d’un bateau. En contrepartie, il y a beaucoup plus de chances de voir de grosses bêtes.

 

ELPHINSTONE, L’ESCALIER ENCHANTÉ

Le récif d’Elphinstone en impose beaucoup moins depuis la surface que sous l’eau.

 

Étant donné sa proximité avec la côte égyptienne, Elphinstone s’impose généralement comme la dernière grande étape d’une croisière Sud. Son récif, avec ses 300 mètres de long et une forme qui rappelle celle d’un doigt, affleure la surface. Ses impressionnantes parois rocheuses plongent jusqu’à 100 mètres de fond et à la différence de Daedalus, ses tombants, en particulier ceux des côtés Est et Ouest, sont totalement recouverts de coraux mous. Une explosion de couleurs dont on peut parfois à peine profiter, des nuages d’anthias et d’autres poissons de récif les recouvrant la plupart du temps.

Sur la pointe Sud, nous avons trouvé une plate-forme commode, généralement à l’abri des courants océaniques, et dans laquelle abondent divers types de coraux, mais aussi des gorgones, tortues et napoléons. À l’autre extrême, au niveau de la pointe Nord, Elphinstone s’enfonce dans les profondeurs moyennant une série de marches (6-8, 20-23, 43-45 et 55-58 mètres). C’est à cet endroit même, sur un de ces “plateaux”, que nous avons rencontré deux beaux et vigoureux requins gris, un farouche pointes blanches de récif, ainsi qu’un grand napoléon qui nous a accompagnés durant un moment. Elphinstone accueille également des longimanus toute l’année, même si nous n’avons pas eu la chance d’en voir.

 

L’arrière du bateau, idéal pour une sieste post-plongée.

 

Retour